L’enfance qui s’évapore

La disparition de Michael Jackson, après une journée de réflexion, me fait vraiment me dire qu’avec lui et avec Farah Fosset, c’est des parties de notre enfance qui disparaît. Née en 74, j’ai l’impression d’avoir été élevé au MJ, toujours dans le Top 50 (« salut les ptits loups ! ») et ce soir je regarde Sci Fi : Explorers, un film de 1985.

Toute cette époque où j’avais une dizaine d’année était vraiment bien… 

Je jouais sur Amstrad 6128 après avoir laissé mon ZX81 au placard, je regardais Goldorak et je construisais des cabanes dans les arbres…

Moi qui suis déjà nostalgique de nature… Arf

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *